Le podcast pour booster ta création de contenu

Le podcast pour booster ta création de contenu

Time Codes

[01:24] Mon expérience avec le podcast

[06:01] Pourquoi adopter le podcasting en 2021

[08:18] Quels sont les avantages pour ta création de contenu

Le podcast pour booster ta création de contenu https://propulsetacom.fr

En septembre dernier j’ai lancé mon podcast Propulse ta com !. Ça a été une grosse étape dans mon business, une étape que je n’avais absolument pas pensé faire un jour… Je me voyais à la limite me lancer dans la vidéo, et puis c’est finalement en écoutant la masterclass de Safia de Mytrendylifestyle que j’ai sauté le pas. J’ai acheté sa formation Build Your Podcast, et je suis tombée A-MOU-REUSE de ce format !

Jamais de la vie je n’aurai pensé avoir un podcast. Et pourtant quel kiff de parler devant un micro. Même si au début ça fait tout bizarre de parler toute seule face à un mur ahah… On finit par vite s’y habituer !

Il y a de plus en plus d’entrepreneurs qui se lancent dans le podcast. Et ce n’est pas pour rien : le podcasting a un pouvoir immense.

Comme c’est un format qui commence seulement à prendre de l’ampleur, il y a vraiment une place à se faire, genre maintenant tout de suite.

Aujourd’hui je voulais qu’on parle ensemble du pouvoir du podcasting, et surtout de l’influence positive que ça va avoir sur ta création de contenu. Personnellement, depuis que je me suis lancé dans cette aventure, tout a changé !

 

— À écouter : Ce que tu dois mettre dans ton contenu gratuit —

Mon expérience avec le podcasting

Déjà, ça m’a fait sortir de ma zone de confort.

On croirait pas, mais parler devant un micro quand on est du genre réservée, c’est pas évident. Et même si je n’avais pas à montrer ma tête, j’avais quand même ce petit stress. Parce que y a que la voix qui compte. Du coup tu te poses beaucoup de questions du genre “est-ce que les gens vont apprécier écouter ma voix ?” “est-ce qu’ils vont pas trop entendre ma respiration quand je parle ?”.

Bon qu’on soit d’accord : si on se lance pas, rien ne changera. Alors j’ai lancé mon podcast. J’avais toujours des doutes, des peurs à l’idée d’exposer ma voix. Et je voulais que ça soit parfait ! Mais on sait très bien que ça ne sera jamais le cas. À force d’enregistrer des épisodes je me suis un peu plus détendue…

Quand je monte mes épisodes je laisse parfois mes moments de respiration, parce que je trouve ça tellement naturel et plus joli que de toujours couper et de ressembler à un robot ! Finalement lancer mon podcast m’a vraiment permis de moins me prendre la tête, et d’oser me montrer, même si ce n’est qu’avec la voix.

Par contre le fait d’avoir déjà exposé ma voix à tout l’internet, ça m’a beaucoup aidé à montrer ma tête ! Alors si tu es comme moi, que t’as du mal à peur de te montrer sur le web : avoir un podcast est un excellent exercice pour sortir de sa zone de confort !

Lancer Propulse ta com !, ça a été comme avoir un second souffle.

À ce moment-là j’étais encore dans ma phase de transition entre passer du métier de graphiste à celui d’accompagnatrice en stratégie de contenu. Et je dois dire que j’avais perdu toute envie d’écrire des articles de blog. Quand j’ai décidé de lancer mon podcast, ça a signé un renouveau pour ma création de contenu. Soudain l’envie d’écrire est revenue, l’inspiration était à sa max ! Le pire, c’est que je continue de publier des articles de blogs… En fin de compte le simple fait de parler devant un micro a tout changé ! Ce que j’avais perdu en rédigeant des articles, je l’avais retrouvé en enregistrant mes épisodes de podcast. C’était franchement magique, et ce qui est génial c’est que c’est toujours d’actualité !

Avec cette bouchée d’air frais, ce second souffle, j’ai aussi gagné une certaine facilité dans ma création de contenu.

Bizarre pourtant, parce que je produis beaucoup plus de contenu maintenant qu’avant ! Le truc c’est que le podcasting offre beaucoup de possibilité de recyclage. Je vais d’ailleurs t’en parler un peu plus tout à l’heure ! Mais du coup au lieu de n’avoir qu’un article et 5 posts Insta par semaine, je me suis retrouvée à avoir un article, 5 posts Insta, un épisode de podcast par semaine… Et je suis en train de bosser sur le projet de mettre mon podcast sur Youtube. Autrement dit : avant le podcast je communiquais que sur deux supports, maintenant j’en suis à 3, presque 4 ! Et sans avoir une charge de travail en plus ! C’est de la folie !

Un autre point positif que m’a apporté le podcasting : ça a boosté mon trafic, et donc ma visibilité.

Bon à l’heure actuelle je suis loin des 100 000 écoutes au total, mais j’ai remarqué une belle différence sur ma visibilité. J’ai beaucoup plus de visites sur mon site, sans pour autant avoir changé quoi que ce soit pour y arriver. Et en y réfléchissant bien c’est normal : depuis que j’ai lancé mon podcast, je communique sur plusieurs plateformes, alors forcément j’attire plus de monde. Et comme le podcast est un format en plein essor, je peux déjà te dire que ce n’est que le début de l’aventure !

Ce que je trouve le plus dingue dans tout ça, c’est qu’à la base jamais de la vie je n’aurais lancé un podcast.

Comme je te l’ai dit, je suis quelqu’un de réservé… Je n’étais pas à l’aise à l’idée de me dévoiler sur le net. C’est pour cette raison qu’écrire des articles était si bien : on n’expose pas notre image. Mais c’est vraiment la formation de Safia qui m’a ouvert les yeux. Je me suis entendu dire “Mais oui ! C’est pour moi !” Et maintenant j’adore ça m’enfermer seule dans une pièce pour parler avec mon micro. Je me suis lancée, et je ne regrette pas. Alors si jamais l’aventure du podcasting te tente : je ne peux que te conseiller d’aller écouter la masterclass de Safia

 

— À lire : Faire ta stratégie de contenu en 4 étapes —

Pourquoi tu dois lancer un podcast en 2021

    01. C’est un format avec peu de contraintes.

    Déjà, au niveau matos y a rien de plus simple : il te suffit d’un hébergeur, d’un logiciel et du dictaphone de ton tel, si tu n’as pas encore envie d’investir dans un micro. Mais en ce qui concerne tes auditeurs, le podcast va être un format pratique. Parce que contrairement à un article de blog ou une vidéo, tu n’es pas obligé d’être devant ton ordi ou ton téléphone pour consommer le contenu.

    Le podcast s’immisce dans tes oreilles, et tu peux faire toutes les tâches que tu veux : cuisiner, faire du sport, faire ton ménage, conduire, préparer tes posts Insta de la semaine… En gros, écouter un podcast te permet d’être multi-tâche, tout en apprenant quelque chose… c’est franchement génial.

    02. C’est un format à haut potentiel !

    Sérieusement, le podcast est en plein essor. De plus en plus d’entrepreneurs se lancent et ils ont raison : ce format a un grand avenir, et on en est qu’au débit. Alors de toi à moi, c’est carrément le moment de te lancer !

    03. Ça peut s’adapter à tous les domaines.

    Vraiment tous. Et même si t’es graphiste ça fonctionne, même si t’es fleuriste aussi. Que ce soit pour parler de l’Histoire avec un grand H, de développement personnel, de méditation, de cuisine, de récits de voyages, de business… bref tous les domaines peuvent être facilement déclinés pour être traités en podcast. Alors que tu sois en prestation de services ou en vente de produits, y a pas d’excuses : tu as ta place !

    04. Avoir un podcast, ça compte pour ton référencement naturel.

    Ouep, Google a décidé depuis quelques mois seulement de prendre en considération chaque épisode de podcast comme une page internet à part entière. Alors si tu étais inquiet.e de délaisser ton SEO, tu peux être rassuré.e ! Et pour te prouver que j’ai raison, laisse-moi te donner mon meilleur exemple : tape sur Google “Propulse ta com” et regarde ce qu’il y a sur la première page. En tout premier tu vas trouver mon site internet, puis en second ma page podcast suivi des trois derniers épisodes. Si ça c’est pas une preuve que le podcast joue vachement sur ta visibilité, je ne sais pas ce qu’il te faut de plus !

    Les avantages pour ta création de contenu

    Ok c’est bien beau tout ça, avoir un podcast c’est génial. Mais concernant ta création de contenu plus précisément ? Et bien, j’ai remarqué qu’il y avait 3 gros avantages qui ressortaient :

    01. Le podcasting est en plein essor

    Et ça l’est encore plus depuis le début de la crise sanitaire. Fallait bien lui trouver un point positif ! Apparemment, cette crise a provoqué une augmentation de 25% d’écoutes par rapport à la vie avant le tout premier confinement. Et 25% c’est énorme. Compte tenu de la situation, les gens consomment beaucoup plus de contenu.

    Et comme on l’a vu, le podcast est un format pratique et facilement consommable. On comprend très vite pourquoi ça a pris une telle ampleur en si peu de temps… Si je te parle de ça, c’est parce que ça veut tout simplement dire qu’en choisissant de produire du contenu audio, tu augmentes tes chances de booster ta création de contenu. Le podcasting est un contenu principal, il renvoie vers ton site, vers ton lead magnet, vers ton compte Instagram… Autant dire que c’est mega interessant de l’exploiter !

    02. Le podcast permet d’être plus proche de ta communauté.

    J’entends par là que c’est beaucoup moins froid qu’un article ou qu’un post Instagram. Ta communauté entend ta voix, et mine de rien ça rapproche, et ça rend ton contenu plus chaleureux !

    Quand tu bases ton business sur une stratégie de contenu, c’est important d’être proche de ton audience. Après tout, le but du contenu gratuit est de partager et d’offrir pour créer des liens forts. C’est pour cette raison que le podcasting est juste parfait !

    03. Tu peux facilement faire du recyclage de contenu !

    Et comme je te l’avais dit dans l’épisode 24, le recyclage de contenu c’est un peu le saint graal. Un peu plus tôt, je te parlais du fait que depuis que j’ai lancé mon podcast, je suis facilement sur plusieurs plateformes.

    Je publie toutes les semaines un épisode de podcast, la transcription de l’épisode sous forme d’article de blog, et je publie plusieurs posts Instagram. Tout ça à partir d’un seul épisode de podcast.

    De cette manière tu es sur plusieurs plateformes sans te rajouter une charge monstre de travail, mais en plus tu touches plus de monde. Parce qu’une partie de ton audience va préférer regarder une vidéo Youtube, une autre partie écouter un épisode en mode classique si je peux dire, et une autre encore préfèreras lire des articles de blog.

    D’un point de vu Instagram, ça peut t’offrir la possibilité d’avoir plusieurs types de posts sans réfléchir : tu peux publier un teasing de l’épisode de la semaine, faire un carrousel qui reprend les grandes lignes d’un épisode ou même poster des citations tirées de cet épisode. En gros, tu peux avoir facilement trois types de posts sans trop d’efforts supplémentaires… et c’est parfait !

    Le mot de la fin

    Pour résumer un petit peu tout ce qu’on vient de voir ensemble : se lancer dans le podcasting peut être un vrai tremplin concernant ta création de contenu (et ton business en général).

    C’est le format idéal pour booster ta visibilité, et faciliter ta production de contenu, du fait que ce soit en plein essor et que ça permette de produire du contenu pratique et facile à consommer. Ce n’est pas pour rien que de plus en plus de monde décide d’écouter des podcasts…

    Si ce que je viens de te dire t’a donné envie d’en savoir plus sur le podcasting, n’oublie pas qu’il y a la masterclass de Safia pour découvrir un peu plus en profondeur ce qu’est le podcasting, et en quoi ça va énormément t’aider dans ton business.

    Recyclage de contenu : mode d’emploi

    Recyclage de contenu : mode d’emploi

    Time Codes

    [02:46] Trouver des idées de contenu grâce à l’actualité

    [05:30] S’inspirer des programmes audiovisuels

    [06:46] Aller sur les sites d’achats, et de livres

    [08:45] Aller sur les sites d’achats, et de livres

    Adopter le recyclage de contenu pour gagner du temps ! https://propulsetacom.fr

    As-tu déjà eu des sensations de déjà-vu dans certains dessins animés ? Certains films ? As-tu déjà remarqué que ton compte Instagram préféré a parlé plusieurs fois du même sujet, en prenant le soin de modifier deux trois détails pour se permettre de partager l’info de nouveau ? Et bien ça mon ami.e, c’est ce qu’on appelle le recyclage de contenu !

    Il s’agit d’une technique très utilisée dans un peu près… tout ! Que ce soit en art, dans les dessins animés, les films, les chaussures que tu achètes, et bien-sûr en business : tous les domaines se permettent cette technique de triche, et tout le monde le tolère… je dirais même l’adore !

    Et ce qui est ouf, c’est que le recyclage de contenu n’est pas uniquement réservé aux petites entreprises, même les plus grands le font : prenons la marque de chaussures Converse. Ils ont un modèle qui cartonne depuis des dizaines d’années, et ils l’ont recyclé des maintes et maintes fois en changeant la texture du tissu, les motifs, fait une semelle plus épaisse, etc. mais toujours en gardant la même forme à l’identique de la chaussure.

    C’est pareil avec Disney : avec les milliers de personne qu’emploie cette grande industrie, Disney doit avoir des centaines d’illustrateurs. Et pourtant, ils sont pas foulés de créer un tout nouveau décor. Non, ils préfèrent réutiliser des vieilles planches de dessin pour leurs nouvelles sorties. C’est le cas par exemple du décor dans Mowgli et Christopher Robin, il s’agit bien de 2 dessins animés différents, et pourtant on retrouve deux scènes à l’identique : la première où le personnage principal marche sur un tronc d’arbre au sol, l’autre où ce fameux personnage jette un caillou en étant au bord d’une falaise.

    Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, parce qu’il faut quand même savoir que Disney est un grand fan du recyclage de contenu. On retrouve énormément de scènes à l’identiques entre plusieurs de leurs productions. Les seuls choses qui changent sont les personnages, les couleurs, et parfois quelques parties du décor.

    Tout ça pour dire que le recyclage de contenu est monnaie courante. Et c’est une réelle bénédiction pour ton business ! Mais comment l’appliquer de ton côté ?

    En fait c’est pas très compliqué. Et je vais tout t’expliquer dans cet épisode. Le but tu l’auras compris va être de reprendre quelque chose que tu as déjà produis, pour le réutiliser une nouvelle fois en y apportant un minimum de changements. En stratégie de contenu, on va principalement reprendre un de tes contenus principaux comme un article de blog, un épisode de podcast ou une vidéo, pour pouvoir en faire plusieurs posts Instagram par exemple.

     

    — À écouter : 5 étapes pour construire ton calendrier éditorial efficacement —

    Adopter le recyclage de contenu : les avantages

    Déjà, ça te fait gagner du temps.

    Et je te parle pas de quelques minutes hein, mais vraiment de plusieurs heures. Tu te souviens de tous ces moments où tu cherches des idées pour tes posts Instagram ? T’y passes des heures, parfois même t’abandonne parce que vraiment c’est trop pour toi. Et si tu utilisais le recyclage de contenu pour moins te prendre la tête et enfin remplir ton calendrier éditorial en un temps record ?

    Cette technique va aussi te permettre de communiquer sur plusieurs médias différents sans te rajouter une charge de travail monstrueuse.

    Je m’explique : je conseille toujours de se mettre à 100% sur un contenu principal, et à 100% sur un contenu secondaire. Pour ma part, j’ai choisi le podcast et Instagram. Mais en utilisant le recyclage de contenu, je peux aussi faire des articles de blogs sans que ça ne me demande de recommencer le travail à 0. Elle est pas belle la vie ?

    Augmenter ta présence en ligne, donc ta visibilité, donc ton trafic.

    Et oui, comme tu peux être facilement sur plusieurs médias différents tu augmentes tes chances que de nouvelles personnes tombent sur toi !

    Te permettre aussi d’être très apprécié des algorithmes.

    Par exemple, pour Instagram, ça te donne la possibilité d’exploiter toutes les fonctionnées de la plateforme. Un même sujet peut être traité pour une publication, mais aussi une story, un IGTV et un reel… En gros ça te donne 4 possibilités de traiter d’un seul et même sujet.

    Ça va également t’aider à être régulier.e dans ta production de contenu.

    Reprenons notre exemple avec Instagram. On ne cesse de te répéter qu’il faut être régulier, et d’ailleurs t’en a ras la casquette d’entendre toujours la même chose. Et bien bonne nouvelle pour toi, le recyclage de contenu, ça t’aide à ne manquer aucun jour de publication, tout simplement parce que tu arrives plus facilement à remplir ton calendrier éditorial… Après si t’as la flemme de programmer tes posts, c’est un autre problème. Mais si t’as du mal à trouver des idées c’est le paradis !

    Donner de la fraicheur

    Dans la même veine que recycler ton contenu te permet d’apporter plus de visibilité pour ton business, tu dois savoir que communiquer sur une même information mais de manière légèrement différente permet de donner de la fraicheur à ton sujet. Comme un gout de nouveau tu vois ! Et ça va attirer plus de monde dans le sens où si tu t’étais entêté.e à ne faire que des épisodes de podcast alors qu’une bonne partie de ton audience préfère lire des articles de blogs… et bah là tu maximises tes chances de plaire au plus grand nombre !

    Mieux retenir ce que tu partages

    Et enfin le dernier avantage, qui n’en est pas vraiment un pour toi mais plutôt pour ton audience : le fait de répéter une même information permet à ta communauté de mieux retenir ce que tu dis. Et comme ça l’aide beaucoup ce que tu partages, elle se souvient mieux de toi et parlera de toi à tout le monde. Publicité gratis, c’est pas trop génial ça ??

    Comment exploiter le recyclage de contenu ?

    • Le plus souvent on reprend un contenu principal, donc un article, un épisode de podcast, une vidéo… Parce qu’il s’agit d’un contenu qui est normalement suffisamment dense et détaillé pour pouvoir le découper en petites parties à ré-exploiter un peu partout ;
    • Tu peux aussi faire une mise à jour d’un contenu. Si tu as remarqué que les 10 tendances modes en été ont complètement changé, tu peux choisir de ré-utiliser le sujet et expliquer les 10 nouvelles tendances. C’est qu’un exemple, mais tu m’as comprise. Tu peux remettre au goût du jour un vieil article, que t’avais rangé dans le placard parce qu’il n’était plus d’actualité, ou parce que t’en avais honte.
    • La dernière manière de recycler ton contenu est de repérer quels sont les formats de contenu qui ont le mieux fonctionné. Ça peut être tant dans la forme (par exemple t’as fait un jeu 4 vérités et 1 mensonge sur Instagram et ça a cartonné) comme dans la formulation du contenu. Genre un titre hyper accrocheur, une approche à contre-courant qui en plus d’avoir bouleversé les pensées de ton audience, a été une réussite de folie.

    — À lire : Gagner du temps dans ta création de contenu —

    Voici d’autres exemples pour t’aider à y voir plus clair :

    1. Je te l’ai dit un peu plus tôt, le recyclage de contenu c’est souvent un contenu principal découpé en plusieurs parties pour les utiliser pour ton contenu secondaire. Ça peut donner un truc comme un article de blog qui deviens 10 posts Instagram à publier sur les semaines à venir ;
    2. Si tu as un podcast, ou que tu fais des vidéos, tu peux envisager de les retranscrire en article de blog. En plus c’est génial pour le référencement naturel de ton site !
    3. Tu peux aussi publier ton podcast sur Youtube : soit en y mettant que le son, soit en ayant décidé de te filmer pendant que tu enregistrais un épisode ;
    4. Un autre exemple qui va apporter beaucoup de plus valu à ta communauté, c’est d’approfondir un de tes contenu principal pour ta newsletter. En gros si tu as fait un article “4 astuces pour rester organisé.e”, tu peux en partager un 5e dans ton mail de la semaine !
    5. Dernier exemple un peu plus concret : un épisode de podcast peut très facilement devenir un article de blog, un IGTV, plusieurs posts IG dont un teasing, des citations tirées de l’épisodes, résumer les grandes lignes… Pour ma part, chaque épisode de podcast que je publie donne lieu à un article de blog le vendredi de la semaine de sortie de l’épisode, un teasing sur Instagram le jour même, en publication Instagram et parfois en story, et tous les samedis je reprends les grandes lignes de l’épisode qui est sorti il y a 15 jours. Je pourrais aller encore plus loin et faire des reels… Au final, un même sujet est traité au moins 4 fois, sur des moments différents.

    De cette manière, non seulement je suis sûre d’avoir des choses à publier, mais en plus j’exploite à fond le sujet et j’augmente ma présence en publiant sur 3 plateformes différentes, et à des jours différents. C’est tout bénef pour le référencement naturel et l’algorithme Instagram !

    Le mode d’emploi du recyclage de contenu

    01. Faire la liste d’absolument tous tes contenus principaux.

    Peu importe s’ils ont bien fonctionnés ou pas, n’en exclue aucun. Parce que si un épisode de podcast n’a pas fonctionné, ce n’est pas forcément la faute du sujet, peut-être simplement le format qui n’était pas adapté. En plus de noter tous tes contenus, note leur date de publication.

    02. Décider du roulement de recyclage.

    Ce que j’entends par là, c’est à partir de quand tu vas réutiliser le sujet d’un de tes contenus. Le choix t’es complètement libre, à toi de voir quand il est mieux pour toi de retraiter le sujet. Pour ma part je reprends les grandes lignes d’un épisode de podcast deux semaines après la première publication, et l’article correspondant à l’épisode est posté 3 jours après la sortie de l’épisode. Une fois que tu as décidé du roulement de recyclage, tu n’as plus qu’à inscrire la date à laquelle tu peux recycler ton contenu, juste à côté de la date de première publication de ton contenu.

    03. Choisir les plateformes sur lesquelles tu vas recycler ton contenu, et quel format tu vas utiliser.

    Si on prend Instagram, tu vas définir si tu souhaites recycler tes contenus pour en faire des publications (et quels types de publications), si tu vas exploiter le pouvoir des reels, en faire un IGTV, en parler en story, etc. Petite info comme ça, tous tes contenus principaux ne vont pas forcément pouvoir être réutilisés de la même manière. Il est tout à fait possible qu’un sujet puisse être traité sous forme d’IGTV alors qu’un autre sera totalement incompatible à ce format !

    04. Dresser la liste de toutes les idées que tu abordes dans chacun de tes contenus, et les classer en quatre catégories.

    La première concerne toutes les idées que tu ne peux pas exploiter seules, parce que ce n’est pas suffisamment interessant, ou qu’il y a peu de choses à dire. La seconde catégorie regroupe les idées que tu peux approfondir, à tel point que tu peux en faire un nouveau contenu principal. En troisième catégorie on va retrouver toutes les idées que tu vas pouvoir utiliser telles quelles pour ton contenu secondaire, et enfin la dernière catégorie regroupe toutes les idées qui mériteraient une petite mise à jour, et que tu pourras ensuite soit utiliser pour ton contenu principal ou ton contenu secondaire, ou les deux !

    05. Faire ton calendrier éditorial !

    Te voilà avec une grande liste d’idées plutôt bien organisée, bravo à toi ! Tu n’as plus qu’à remplir ton calendrier éditorial avec ton recyclage de contenu. Attention quand même à ne pas publier que du recyclage de contenu. Tu dois quand même veiller à apporter plus de nouveauté que de recyclage, avec un ratio disons de 30% de recyclage de contenu pour 70% de nouveau contenu. Le but de la technique je le rappelle est de t’aider dans ta production de contenu, donc ramène toujours un peu de fraicheur…

    Le mot de la fin

    Entre nous, on kiff graaaaave le recyclage de contenu. On en est même follement amoureux, non ? Ça nous libère un poids immense, ça nous enlève plusieurs heures de jus de cerveau à essayer de trouver quoi poster pour le lendemain… Et en plus ça nous permet d’être à plusieurs endroits, et donc d’augmenter notre visibilité.

    Arrête de réfléchir, et signe direct le contrat avec le recyclage de contenu. Même pas besoin de garantie satisfait ou remboursé, je peux t’assurer que tu seras gagnant en un rien de temps !

    Pourquoi les hashtags ne servent à rien

    Pourquoi les hashtags ne servent à rien

    Time Codes

    [02:14] Les avantages à utiliser les hashtags

    [04:29] Pourquoi ce n’est finalement pas indispensable

    [08:39] Du coup : dois-tu les utiliser ou pas ? 

    Pourquoi les hashtags sur Instagram ne te servent à rien ! https://propulsetacom.fr

    J’aimerai faire un petit coup de gueule contre les hashtags. Voilà, c’est annoncé !

    Y en a marre d’entendre partout la même chose : “tu dois avoir une stratégie de hashtags si tu veux de la visibilité”. Même si c’est vrai que ça aide, entre nous… t’es pas juste soulé.e qu’on te rabâche toujours la même chose ?

    Le pire, c’est que tu fais tout pour que ta visibilité soit au max. Tu les utilises les hashtags, ils te sortent même des yeux tellement tu les utilises. Tout ça pour quoi ? Être totalement découragé et dégoûté parce que rien ne se passe. Tu ne vois aucun progrès, aucune évolution. Tu n’arrives pas à avoir la visibilité désirée quand bien même tu as essayé des maintes et maintes fois de construire une stratégie de hashtag qui pour une fois, fonctionnera.

    Et puis finalement, ça ne va pas. Alors tu continues à faire des recherches, et t’as toujours cette saleté de voix qui répète toujours la même chose, à t’en faire saigner les oreilles : “sans hashtags, oublie la visibilité mon pote. Sans hashtags, tu resteras dans l’ombre des autres, et cesse de rêver qu’un jour tu trouveras la lumière. Ça n’arrivera pas, pas sans hashtags.”

    Rétablissons la vérité et faisons taire cette voix de malheur : Les hashtags ne sont pas du tout, mais alors pas du tout, primordiaux pour réussir sur Instagram. Et encore moins pour faire vivre ton business. Les hashtags, c’est juste du bullshit.

    C’est vrai qu’au début d’Instagram, les hashtags faisaient tout et garantissaient le succès de chacun. Mais on est plus en 2010 les gars. Ça fait longtemps que les hashtags n’ont plus ce rôle !

    Mon but aujourd’hui n’est pas non plus de te dire que tu dois abandonner l’idée d’utiliser des hashtags pour tes publications. Au contraire, mais on en parlera plus en détails plus tard. J’aimerai juste qu’on arrête de s’auto-flageller. Et qu’on commence à kiffer !

     

    — À écouter : La méthode pour construire ta liste de hashtags —

    Les avantages à utiliser les hashtags

    Je t’ai peut-être totalement déprimé.e en te faisant comprendre que t’as passé des tonnes d’heures à concevoir une stratégie de hashtags pour rien, probablement. Ou peut-être qu’au contraire je t’ai donné le smile, je t’en prie ça me fait plaisir, parce que j’ai réussi à t’enlever un poids de dingue que tu portais depuis trop longtemps et qui t’empêchais d’avancer dans la voie du succès.

    C’est vrai, les hashtags c’est du bullshit. Enfin ce n’est que mon avis personnel. Et même si je les hais, je continue de les utiliser dans ma communication parce qu’il y a quand même des avantages à les utiliser. Encore heureux même, je pense qu’on a suffisamment d’inventions inutiles sur cette Terre, pour en rajouter une de plus.

    Bon, ne rêvons pas trop quand même. Y a pas tant d’avantages que ça à utiliser les hashtags. En fait y en que 2. C’est même triste. Et pourtant, ces deux avantages sont très interessants, surtout si tu as un compte avec moins de 5000 abonnés :

    • Imaginons que tu viens à peine de créer ton compte Instagram. C’est fantastique ! Tu peux enfin commencer à publier du contenu. Mais tu as très vite envie d’arrêter… car il ne se passe rien. Le néant le plus total. Aucun j’aime, (même pas celui de ta meilleure pote) pas de commentaires, vraiment rien. Comme si tu publiais dans le vide. C’est là que les hashtags rentrent en jeu : ils vont t’aider à sortir de l’ombre. C’est LA solution dont tu as besoin pour commencer à avoir de la visibilité. À ce moment là, les hashtags sont un vrai tremplin.
    • Deuxième cas où les hashtags peuvent être utiles : pour booster ton engagement. Ouais, il parait qu’une publication avec des hashtags a 13% de plus d’engagement qu’une publication sans. Si tu en es à tes débuts, c’est plutôt cool nan ? Mais bon, cet engagement tu ne vas pas le garder éternellement. C’est que passager. C’est pour cette raison que c’est important d’aller t’engager auprès des autres comptes. Là, ton engagement est boosté à 1000%, une vraie dinguerie !

    Voilà, c’est tout. Les hashtags te donnent un premier tremplin pour sortir de l’ombre, et peuvent booster ton engagement. Chouette ! Mais c’est pas ce qui va te garantir le succès que tu désires tant. Et puis comme je te le disais, ces deux avantages sont hyper pratiques si tu as un compte avec moins de 5000 abonnés. Arrivé à un certain stade, (et même si tu n’as que 10 abonnés) la visibilité de ton compte ne dépend que de toi !

    Pourquoi les hashtags ne sont finalement pas (si) indispensables que ça

    Bon, du coup : pourquoi ce coup de gueule contre les hashtags ? Certes il n’y a que 2 avantages, mais c’est quand même des avantages plutôt intéressants nan ?

    Il est temps pour moi de te prouver en 5 points, pourquoi finalement les hashtags ne sont pas si indispensables. Et pourquoi tu vas enfin pouvoir te lâcher la grappe et te détendre.

    01. Les hashtags sont juste un coup de boost.

    Comme quand tu te prends un shot de gingembre pour te donner la pêche et éviter d’attraper le rhume du voisin. Ou quand tu manges des pâtes avant de courir un marathon : ça aide, mais ça ne garanti pas ton succès ! Je te le disais tout à l’heure, les hashtags sont un superbe tremplin quand tu débutes sur Instagram, et que tu es connu d’absolument personne. Mais une fois que les gens commencent à bien te connaitre, les hashtags deviennent de plus en plus inutiles !

    02. Ça sert à rien d’utiliser des hashtags, si t’as pas une stratégie derrière.

    Et quand je dis stratégie, je veux dire une bonne stratégie. Mais c’est quoi au juste une bonne stratégie de hashtags ? En existe-t-il vraiment une ? Je t’en parlais dans l’épisode 4 : y a pas de recettes miracles. Il y a des choses qui sont conseillées, d’autres à bannir. Mais le seul moyen de trouver la bonne stratégie c’est d’essayer. Et quand tu as trouvé la bonne stratégie, te voilà déjà obligé.e d’en trouver une nouvelle parce qu’une stratégie de hashtags, ça dure jamais toute la vie. C’est pas un mariage, juste une amourette de vacances. Au final, utiliser des hashtags sans stratégie c’est comme cuisiner sans suivre la recette : ça peut fonctionner, mais tu as surtout énormément de chances que ça finisse en fiasco total. Et puis finalement, quand tu as la bonne stratégie, tu dois la rechanger 3 mois plus tard. C’est pas un peu fatiguant et même aliénant ? Franchement moi ça m’épuise.

    03. C’est pas les hashtags qui mettent en avant ton post

    Une autre preuve que les hashtags c’est du bullshit : le moyen de découvrir de nouveaux comptes, c’est de faire une recherche dans l’explorer d’Instagram à l’aide… bah des hashtags. Je te l’accorde, c’est plutôt cool. En plus tu peux choisir de suivre un hashtag. Je vais peut-être le compter comme troisième avantage à utiliser les hashtags. Mais mis à part ça, tous ces posts que tu trouves dans l’explorer : est-ce vraiment les hashtags qui les mets en avant ? Oh que non ! C’est uniquement dû à l’engagement des abonnés. Ce sont des posts qu’on appelle populaire parce qu’ils génèrent énormément de j’aime, de commentaires, de partages et d’enregistrements en un temps record. Forcément l’algorithme va les mettre en avant. Mais ça n’a rien à voir avec les hashtags. D’où l’importance de produire du contenu de qualité ou hyper fun, et d’être présent chez les autres. Tu ne dois jamais dépendre des hashtags si tu veux espérer faire grandir ton compte !

    04. Les hashtags ne comptent pas dans le succès de tes posts !

    Ce qui est réellement important c’est le contenu que tu partages, la valeur que tu y apportes, le message que tu transmets, la personnalité que tu oses dévoiler et surtout, surtout : les échanges avec les autres ! Après tout, l’algorithme de la plateforme mettra toujours en avant l’engagement de tes abonnés sur tes publications, et ton engagement auprès des autres comptes. C’est le seul truc qui compte vraiment, les hashtags on s’en fiche. Ils ne sont là que pour pouvoir ranger tes publications dans des catégories, afin de les retrouver plus facilement !

    05. Les hashtags ne garantissent pas ton succès, ni tes échecs.

    Jamais. Ils y sont pour rien, laisse-les tranquille. C’est comme si tu en voulais au mec qui t’a loué le bateau parce que tu n’as pas réussi à contrôler la bête, alors qu’en fait t’as jamais passé le permis bateau. La seule personne qui est responsable de ton succès, c’est toi, et les autres aussi parce que ton business ne fonctionnerait pas s’il n’y avait pas de clients. Mais à la base c’est toi, juste toi. Tu crois vraiment que parce que tu as mis le hashtags tarte au pommes, les gens vont te suivre et s’engager auprès de toi, même acheter chez toi ? D’ailleurs, que ce soit ce hashtag là ou un autre, c’est pareil. Personne ne s’engage sur un compte ou décide d’acheter chez toi parce qu’il aime un hashtag.

    Est-ce que j’ai réussi à te convaincre d’enfin arrêter de te foutre la pression pour avoir les hashtags parfaits ?

    Oui les hashtags sont un tremplin, oui ils donnent un coup de boost pour sortir de l’ombre. Mais en aucun cas ils sont nécessaires pour réussir sur Instagram. Ton succès n’engage que toi !

    — À lire : Les erreurs à ne plus faire avec ta stratégie de contenu —

    Je fais quoi du coup ?

    Ok, c’est bien beau tout ça. Mais du coup, est-ce qu’il faut que tu utilises les hashtags, ou que tu les envoies aux oubliettes ?

    Laisse-moi te proposer une nouvelle stratégie :

    • Dans le cas où tu as un compte de moins de 5000 abonnés, continue de les utiliser. Mais sans te mettre la pression pour autant. Je le rappelle, c’est pas ce qui va garantir ton succès. Créé-toi de belles listes de hashtags, je t’invite pour ça à aller écouter l’épisode 4 si tu as besoin d’aide pour le faire. Pas la peine d’y passer des heures, d’ici 3 mois tu devras recommencer à 0…
    • Si tu as un compte de plus de 5000 abonnés, tu peux choisir d’abandonner les hashtags ou de continuer à en mettre. Tout va dépendre de tes objectifs. Certains compte de 30 000 abonnés continuent d’utiliser les hashtags car ils veulent aller encore plus loin. D’autres ont abandonnés les hashtags depuis bien longtemps. Et ils ont tous raison. Y a pas de bonne et mauvaise pratique, fait simplement ce qui te semble bon pour toi et ton business. Si tu es énormément présent chez les autres, que ta communauté parle sans cesse de toi dans leurs posts, leurs stories, etc. alors les hashtags n’auront finalement pas grand effet sur ta visibilité car c’est les interactions qui compteront le plus.
    • Finalement, peu importe le nombre d’abonnés que tu as, tu dois garder une chose en tête : ce qui va compter pour l’engagement de ton compte, c’est pas les hashtags que t’as choisi. C’est ce que tu décides de partager, c’est les échanges que tu as avec les autres. Alors amuse-toi à donner de superbes conseils, à délivrer du fun et de la bonne humeur, à commenter les posts des autres, envoyer des messages privés… Fais des lives avec d’autres personnes, propose des collaborations… Sans jamais t’imposer quoi que ce soit.

    Tout ce que tu dois faire c’est kiffer d’être sur Instagram !

    La limite entre contenu gratuit et contenu payant

    La limite entre contenu gratuit et contenu payant

    Time Codes

    [01:31] La différence entre le contenu gratuit et le contenu payant

    [04:03] Les 3 règles du contenu gratuit

    [07:12] Construire le freebie parfait

    [10:38] Que faut-il poster sur les réseaux sociaux

    [12:48] La limite au contenu gratuit

    Que faut-il mettre dans ton contenu gratuit ? https://propulsetacom.fr

    Quand on choisi de se positionner sur une stratégie de contenu pour faire connaitre son business, on est confronté à un problème : que faut-il dire ou ne pas dire dans son contenu gratuit, pour attirer des prospects et vendre ?

    C’est pas évident de trouver la réponse à cette question. On a souvent envie d’être trop généreux, et au final personne ne fait appel à nous car on a déjà tout donné. Ou alors, on ne dit pas assez et personne n’a envie d’en savoir plus sur son business.

    Il faut trouver les limites au contenu gratuit, car c’est ce qui va assurer la réussite de ton business. Seulement voilà, une question subsiste : qu’est-ce que tu dois mettre dans ton contenu gratuit pour transformer de simple visiteurs en clients ?

    — À lire : 4 étapes pour faire ta stratégie de contenu —

    La différence entre contenu gratuit et contenu payant

    Je sais à quel point c’est un problème de réussir à discerner la différence entre ces deux types de contenu.

    Pour aller au plus simple, imagine-toi une boite de puzzle. Chaque pièce de ce puzzle représente une information sur ton domaine d’expertise, cette information permettant d’arriver à un résultat désiré.

    Le contenu gratuit, ça va être ta boite de puzzle. Il y a toutes les infos nécessaires pour arriver au résultat désiré, mais tout est dans le désordre. Il n’y a aucune stratégie, il faut tout assembler par soi-même. Et s’il manque une pièce de puzzle, c’est tant pis !

    Le contenu payant, ça va être cette même boite de puzzle, mais au lieu de l’assembler seul.e, tu es accompagné.e par quelqu’un qui connait le puzzle par coeur. C’est carrément un expert de ce puzzle. Parfois même, cette personne te donneras le puzzle déjà assemblé, et toi tu n’auras plus qu’à le contempler et prendre note de toutes les informations qui sont données cette fois-ci dans l’ordre, en suivant une stratégie précise et complète.

    Concrètement c’est ça la différence entre le gratuit et le payant. Pour le gratuit, tu dois te débrouiller seul pour rassembler toutes les infos nécessaires pour réussir à entreprendre ton projet, et il est possible que certaines infos te passent entre les doigts. Alors que pour le payant, tout t’es donné directement en plus tu as un accompagnement si jamais tu bloques sur quelque chose. Tu es accompagné par la main !

    C’est d’ailleurs cette différence-là qui fait qu’un contenu payant, est payant. Au-delà de payer des informations, tu payes aussi l’expérience d’une personne et son accompagnement.

    En fait, ton contenu gratuit sers d’appat pour ton contenu payant. C’est pour cette raison que tu dois donner de la valeur dans ce que tu partages. Mais attention : ton contenu gratuit est là pour dire ce que dois faire ton prospect. Tu dois survoler le comment, sans entrer dans les détails. Comme lorsque tu donnes les étapes pour faire quelque chose : tu dis à ton prospect comment arriver au résultat désiré, mais sans aller en profondeur des choses. Sinon, c’est du contenu payant !

    3 règles à respecter en production de contenu gratuit

    01. Tu dois constamment te présenter.

    Que ce soit pour Instagram ou tes freebies, tu dois toujours dire aux autres qui tu es et ce que tu fais. Quand il s’agit d’Instagram, une fois par mois est amplement suffisant.

    Pourquoi c’est si important ? Et bien parce que ceux qui viennent de s’abonner à ton compte Instagram ne te connaissent pas encore tout à fait. Le fait de te présenter régulièrement te permet non seulement de mettre en avant qui tu es et ce que tu proposes pour aider ton audience, mais c’est aussi de cette manière que tu vas réellement te rapprocher de ta communauté.

    Concernant tes freebies, tu dois toujours te présenter avant de délivrer ton contenu. Ceux qui ont téléchargé tes cadeaux gratuits ne te connaissent peut-être pas : c’est possible qu’ils viennent de ton site et que ce cadeau les a intrigués, sans même savoir qui tu es. Et pour ceux qui te connaissaient déjà, te présenter te permet de mettre en avant ce que tu fais pour les conduire doucement vers tes offres !

    Ce n’est pas nécessaire de faire un roman pour te présenter, un petit paragraphe suffit. Le but n’est pas de faire une autobiographie, mais d’aller droit au but : il faut que le lecteur sache rapidement la personne que tu es, et pourquoi tu es la bonne personne pour l’aider à résoudre son problème !

    02. Tu dois toujours parler de tes services.

    Dès que l’occasion s’y prête, tu cales quelques lignes sur tes offres ou tes produits. Pour vendre sur les réseaux sociaux par exemple, tu dois parler de tes offres au moins une fois par semaine. Et tu n’es pas obligé d’en parler directement, tu peux au contraire insinuer gentiment que tu as un business, et que même si tu aimes ça partager du contenu gratuit, c’est pas ce qui te permet de te nourrir tous les jours.

    Donc chaque fois que tu partages un conseil sur ta thématique et qui est en lien avec l’une de tes offres, tu peux caler un petit “réserve ton appel découverte pour qu’on parle ensemble de ton projet”, par exemple.

    03. Tu dois être généreux.se dans ton contenu gratuit !

    En fait, le contenu gratuit est le reflet de ton contenu payant.

    Comme je te l’ai dit un peu plus tôt, c’est ton appat qui va mener ton audience vers ton contenu payant. Du coup, tu ne dois pas te restreindre, mais au contraire donner un maximum de valeur dans ton contenu gratuit.

    De cette manière, ceux qui ont l’habitude de consommer ce type de contenu ne pourront que se dire “Ouaw, mais cette nana est déjà géniale quand c’est gratuit, alors si j’investis chez elle ça doit être le grand luxe !!”.

    On n’oublie pas que le but premier du contenu gratuit est de convertir ton audience en client : alors montre que tu proposes de la top qualité !

    — À écouter : Le secret d’une bonne communication —

    Créer le freebie parfait

    Quand on se lance dans une stratégie de contenu, c’est-à-dire qu’on se rend visible et attire des clients en publiant du contenu gratuit sur Internet, on doit passer par une case fondamentale : la création d’un freebie aussi appelé livre blanc.

    En gros, c’est un regroupement d’informations de qualité qui répond à un besoin précis de ton client idéal, et qui va être présenté généralement sous forme de mini ebook ou workbook. Ton audience obtient ce freebie en échange d’une adresse email.

    Et oui, même si on donne gentiment du contenu gratuit, il est important de construire une liste email, la stratégie de contenu se repose beaucoup dessus !

    Évidemment, ton freebie peut prendre d’autres formes qu’un simple ebook : ça peut être une masterclass, un épisode audio disponible, un challenge d’une semaine par mail, une mini formation… Peu importe le format que tu vas choisir, le but va être de donner de la valeur. De cette manière, ton audience va avoir un aperçu (qui sera bien plus dense que de poster sur les réseaux sociaux) de ton expertise, et petit à petit ce freebie va pousser à l’acte d’achat.

    Il y a plusieurs points à respecter pour construire le freebie parfait (même si soyons d’accord, la perfection n’existe pas !)

    1. Avant toute chose, ton cadeau doit répondre à un besoin ou un problème spécifique de ton client idéal. Et j’ai bien dit UN : rien en sert de s’éparpiller, le but du freebie est d’aller vite au coeur des choses. Personne n’a envie de télécharger un ebook de 100 pages, enfin du moins, en gratuit. Tu dois bien connaitre ton client idéal pour savoir précisément en quoi tu vas pouvoir l’aider, et lui donner envie non seulement de télécharger ton cadeau, mais aussi de le lire et d’appliquer les conseils apportés !
    2. Deuxième règle, et elle est tout aussi importante que la première : il faut que ton freebie fasse un lien avec ton offre payante. Sinon y a aucun intérêt. Je le rappelle, un freebie est censé aider à convertir ton audience en client. Si tu n’as aucune offre payante à relier avec ton freebie, alors c’est du temps de perdu pour toi et ton business !
    3. Troisième règle : il te faut un tunnel de vente. Je le répète encore une fois : le but est de convertir. Un freebie doit donc être pensé de façon stratégique. Une fois que tu sais de quoi il va parler, et à quelle offre il répond, demande-toi quel est le chemin que va utiliser ton audience pour devenir un client à par entière. 
    4. Dernière règle pour le freebie parfait : suivre les 3 règles indispensables au contenu gratuit ! Donc te présenter, faire un clin d’oeil à tes services et être généreux dans ce que tu transmets.

    Publier du contenu sur les réseaux

    Je vais être plutôt rapide sur ce point, sinon je vais trop me répéter. Il faut avant tout que tu fasses attention aux 3 règles indispensables que j’ai parlé au début de cet épisode. Mais il va y avoir également d’autres choses auxquelles je t’invite à faire attention :

    Tout ce que tu vas partager sur les réseaux doit être hyper digeste, en plus d’une superbe qualité. Ok je fou la pression là nan ? Ahah. Plus sérieusement, tout ce que tu vas partager sur les réseaux sociaux doit être court, et ne pas demander trop de réflexion.

    Le but c’est d’attirer de nouvelles personnes à toi, en leur montrant que tu t’y connais dans ton domaine. En fait, tu vas donner un aperçu de tes compétences, sans entrer dans les détails. S’ils veulent en savoir plus, ils iront d’eux-même télécharger ton freebie ou feront appel à tes services. Alors ne leur donne pas tout tout de suite !

    Parlons un peu avec des métaphores. Trouver des clients, c’est un peu comme aller pécher. Les océans regorgent de poissons en tout genre, et ce sont tous des clients potentiels. Seulement voilà, il y a des poissons qui t’intéresseront plus que d’autres, ce sont tes clients idéaux. Et quand on va pécher, il faut trouver de quoi attirer le poisson.

    Comment on s’y prend ? En utilisant une canne à pêche et avec un appât. Ta canne à pêche, c’est ton freebie. Ce lien qui permet de passer des réseaux à tes offres. Ton appât, ça va être ton contenu gratuit via les réseaux sociaux : il faut que ça soit séduisant pour que le poisson aie envie de s’approcher.

    Il faut vraiment que tu vois le contenu que tu partages sur les réseaux sociaux comme cet appât appétissant, qui donne envie de s’approcher et de s’y accrocher. Parce que le but est que le poisson croque un morceau, et vienne ensuite vers nous.

    Bon on va oublier ce qui se passe au poisson une fois qu’il a mordu l’hameçon ahah mais l’idée est là : si tu partages du contenu trop lourd, trop dense, très peu qualitatif alors que le poisson ne te connait pas encore… Tu peux être sûre qu’il va passer son chemin.

    Pour résumer, ton contenu sur les réseaux sociaux doit donner envie d’en savoir plus, tout en délivrant de la qualité pour donner envie de s’y engager et de rester.

    Mais comment savoir si tu en dis trop, et que plus personne n’a envie de se payer tes services ?

    La limite au contenu gratuit

    C’est là le plus compliqué. Au tout début, je t’expliquais la différence entre le contenu gratuit et le contenu payant. Et soyons d’accord, la barrière est très mince.

    On peut très vite déborder et trop en dire dans notre contenu gratuit, à tel point que le payant n’aura plus d’intérêt. Et comment tu vas gagner ta croûte du coup ??

    Je t’en parlais déjà dans l’épisode 21, où on s’est fait un point mindset pour faire face au fameux “tout a déjà été dit, qu’est-ce que je fais ?”. Tout est déjà disponible en gratuit sur Internet. Alors comment faire pour donner envie d’investir chez toi ? Quelle est la limite au contenu gratuit ?

    Je l’ai déjà un peu évoqué plus tôt : la vraie différence, c’est toi. Toi seul.e peut donner les limites à ton contenu gratuit. Et si ton audience a envie d’investir chez toi, c’est uniquement parce que tu lui as prouvé ton expertise grâce à ton contenu gratuit. Elle veut travailler avec toi parce qu’elle veut vivre une expérience avec toi, et que tu l’aides concrètement à grandir.

    Donc, n’hésite pas à donner un max de valeur et d’infos dans ton contenu gratuit. MAIS, fait attention à ce que tu décides de partager, ne remplace jamais une expérience avec toi. Et surtout, fait souvent le lien entre le gratuit et le payant pour faire signe à ta communauté qu’au-delà de tout ce contenu gratuit que tu offres si gentiment, il y a quelque chose d’encore plus intéressant : tes offres. Et qui, pour le coup, permettront d’aller bien plus en profondeur des choses.

    Maintenant, voici quelques questions pour savoir si tu en as trop dit dans ton contenu gratuit : est-ce qu’on te dit régulièrement que tout ce que tu partages est tellement utile que ce n’est pas nécessaire d’aller plus loin ? Combien de personnes ont décidé d’investir chez toi après avoir téléchargé un de tes freebies ? Comment est l’engagement de ton audience : est-elle en évolution, ou stagne-t-elle ?

    Le mot de la fin

    Ce n’est jamais évident de trouver le juste équilibre entre le gratuit et le payant. C’est quelque chose qui demande énormément de réflexion ! Ça va être aussi une question d’habitude : avec le temps et l’expérience, on arrive plus facilement à distinguer ce qui doit être partagé sur les réseaux sociaux, et ce qui doit être gardé pour les offres payantes.

    S’il y a bien une chose que tu dois garder en tête, c’est que ton contenu gratuit doit donner de la valeur et solutionner un type de problème précis, alors que le payant offre directement une expérience et une solution clé en main, tout en faisant gagner énormément de temps et d’énergie.

    Tout a déjà été dit : comment faire ?

    Tout a déjà été dit : comment faire ?

    Time Codes

    [01:36] Point mindset

    [07:20] Mes solutions pour y remédier

    Tout a déjà été dit : quelle est la solution ? https://propulsetacom.fr

    Je sais que tu es bloquée dans ta communication et ta création de contenu à cause d’une chose : tout ce que tu as envie de partager… ça a déjà été dit ! Tu n’es pas le/la seul.e dans ce cas. Et ce n’est pas pour rien !

    C’est vrai que tout a déjà été dit. Avec Internet, c’est tellement facile de trouver une information, et d’en partager une à ton tour ! Mais pourquoi est-ce que c’est un frein dans ta communication ?

    Pourquoi tu devrais t’empêcher de partager une information, sous prétexte que ça a déjà été dit ? Est-ce que ça vaut vraiment le coup d’ailleurs, de répéter quelque chose qui a déjà été dit des centaines de fois… Ma réponse est OUI !

    — À écouter : 3 techniques insolites pour trouver des idées de contenu —

    Tout a déjà été dit : et alors ?

    Oui, tout est déjà dit. Non, tu ne peux pas trouver un truc qui n’a pas été dit. À moins d’avoir fait une découverte scientifique de malade et qu’on t’offre le prix Nobel pour ça, ça m’étonnerait grandement que ce que tu as envie de partager sois tout nouveau.

    Gardons les pieds sur Terre : de nos jours, les innovations sont extrêmement rares… On fait même passer des technologies comme révolutionnaire, et du jamais vu, alors qu’en fait, ça fait bien longtemps que ça existait déjà.

    J’ai un exemple concret : le téléphone portable. Ça a été inventé deux fois : la première fois, alors que le téléphone fixe commençait à peine à faire fureur, des gens ce sont dit que ce serait quand même vachement pratique d’avoir une machine plus petite, et qu’on pourrait transporter partout. Ces gens là ont été moqués, car à l’époque la population ne voyait aucune utilité à se trimbaler une boite pour appeler de n’importe où. Quelques dizaines d’années plus tard, qu’est-ce qui revoit le jour ? Le téléphone portable !

    Avec Internet c’est pareil. Ce que tu partages, quelqu’un l’a déjà fait avant toi, et quelqu’un le fera après toi. Et pour cause : on apprend la même chose que tout le monde. Si tu es graphiste, et que tu as envie de partager la signification des couleurs, un autre graphiste l’aura déjà fait. Mais c’est normal, toi et cet autre graphiste avez la même formation de base. Bien sûr, des connaissances vont diverger en fonction de l’expérience de chacun, mais la base restera la même. Donc tu te retrouveras forcément à dire à un moment donné, la même chose que cette personne. Et c’est ok.

    C’est ok parce qu’il y a quelque chose qui ne sera pas pareil d’une personne à une autre : la manière dont toi, tu partages l’information. Et ça, ça n’a pas encore été fait ! Tu es unique, c’est ta force. Des gens vont préférer t’écouter parce qu’ils aiment les valeurs que tu communiques, la manière dont tu dis les choses, ce que tu leur apporte et leur inspire. C’est pas tant l’information en soi qui est importante finalement.

    La preuve : combien y a-t-il de blogs cuisine qui présentent la même recette de gâteau au chocolat ? Pourquoi ne pas se contenter d’un seul blog, si la recette est la même ? Tout simplement parce que l’expérience utilisateur n’est pas la même. En partant d’une information identique, l’expérience peut être totalement différente.

    Et c’est exactement pour ça que deux graphistes qui partagent la symbolique des couleurs c’est pas grave. C’est même mieux : selon leur personnalité et leur expérience, les informations ne seront pas divulguées de la même manière. Et ce qui va plaire pour un groupe de gens, ne plaira pas pour un second groupe. Il en faut pour tout le monde !

    Pour résumer en une phrase tout ce que je viens de te dire : Oui tout a déjà été dit, mais toi tu ne la pas encore fait, c’est ce qui fait toute la différence !

    J’aimerai qu’on mette au clair autre chose : ce n’est pas parce que toi tu as l’impression que ce que tu vas dire, tout le monde le sait, que c’est vraiment le cas !

    Certes on peut trouver absolument tout sur Internet, et tout a déjà été dit. Mais est-ce que ça veut pour autant dire que les autres sont au courant ? Peut-être que tu te prives de partager tes connaissances parce que tu crois que tout le monde connais ce que tu vas dire. Alors que pas du tout : on a chacun un domaine d’expertise, et on a beaucoup à apprendre des autres !

    J’en ai déjà parlé dans un épisode mais, avant de retenir une information, notre cerveau a besoin de la lire 7 fois, ou de l’entendre 7 fois. Raison de plus pour ne plus avoir peur de raconter ce qui a déjà été dit !

    En fin de compte, répéter une information ce n’est pas une mauvaise chose. Je le rappelle, ce n’est pas parce que tout a déjà été dit que ça signifie que tu n’as pas le droit de le dire à ton tour.

    • Ta personnalité, ton approche et ta manière de communiquer rendent l’info unique
    • Tes connaissances ne sont pas celles des autres
    • Répéter une même information est parfait pour s’en souvenir

    Alors pourquoi te priver ?

    — À lire : Définir ses objectifs et avoir de vrais résultats —

    Quelques solutions pour y faire face…

    Je pense que tu l’auras compris, la meilleure des solutions se trouve dans ta tête, dans ton mindset.

    C’est pour cette raison que c’était important pour moi de faire un point avant de te donner mes conseils. Il n’y a pas vraiment d’autre solution possible : à moins de casser Internet et de tout recommencer à 0, c’est impossible de partager des informations qui n’ont pas encore été dites !

    En revanche, en plus de travailler ton mindset, tu peux :

    • Essayer de trouver une approche différente de celle déjà proposée. Par exemple, quand on parle d’écologie c’est souvent avec une approche grave, alarmante. C’est tout à fait compréhensible, la Terre est le seul endroit où on peut vivre, c’est important de réduire notre impact pour prendre soin d’elle. Mais qu’est-ce qui t’empêche de prendre le contre-pied, et de parler d’écologie sur une base d’humour et de légèreté ? Tu peux essayer de trouver une façon de communiquer totalement différente de celle dont on a l’habitude de voir : de cette manière, même si l’information en soi est déjà bien connue, le fait de l’aborder d’un autre point de vue, sous un autre angle lui donnera une impression de nouveauté !
    • Autre conseil, tu peux mettre en avant ton unicité et ton expérience. Comme je te le disais plus tôt, tu es unique et c’est ce qui fait ta force. C’est ce qui te permet de te démarquer aussi ! Ce n’est pas pour rien que le métier d’Influenceur a eu un tel succès : ils parlent tous des mêmes produits à vendre, à l’identique… et pourtant ils ne s’en privent pas. Ils savent que ce qui intéresse les gens, c’est leur personnalité. À ton tour de faire pareil : mets en avant la personne que tu es, les expériences que tu as vécu, et qui sont pertinents pour la communication de ton business.
    • Mon dernier conseil est d’arrêter de se prendre la tête. Tu as envie de dire quelque chose ? Dis-le ! Si ça sert ton business, pourquoi devrais-tu t’en priver ? Parce que le voisin l’a déjà raconté ? Et alors, on s’en moque que ça a déjà été dit ! Ne t’empêche pas de partager une information uniquement pour cette raison. Tu te mets une balle dans le pied, et comme je te l’ai dit plus tôt, tout le monde ne connait pas encore l’info !

    Le mot de la fin

    Finalement, tout est une question de mindset. Tout a déjà été dit : et alors ? À partir du moment où toi tu ne l’as pas encore dit, c’est que tu peux le faire. Et même si tu l’as déjà dit rien ne t’empêche de le répéter quelques mois plus tard, si c’est toujours d’actualité !

    Garde bien en tête que même si on peut tout trouver sur Internet, ça ne veut pas dire qu’on trouve ce qu’on cherche. Prenons l’image d’une carte au trésor. La carte, c’est Internet. L’outil qui te permet de trouver toutes les informations déjà dites (et redites). Le trésor représente les informations. Ce n’est pas parce que tu possèdes l’outil, que tu as trouvé le trésor !

    Alors tu peux très bien répéter ce qui a déjà été dit : des gens n’ont pas encore trouvé le trésor, et c’est peut-être grâce à toi qu’ils y arriveront !

    Trouver des idées de contenu : 3 techniques insolites

    Trouver des idées de contenu : 3 techniques insolites

    Time Codes

    [01:25] Trouver des idées de contenu grâce à l’actualité

    [04:05] S’inspirer des programmes audiovisuels

    [05:52] Aller sur les sites d’achats, et de livres

    Techniques insoupçonnées pour trouver des idées de contenu https://propulsetacom.fr

    Je sais que l’une de tes plus grosses galères concernant la création de contenu… et bah c’est de trouver des idées de contenu ! Et je te comprend, c’est pas toujours évident de trouver des sujets qui vont à la fois être suffisamment intéressant pour engendrer des interactions, mais aussi qui seront utiles pour ton audience et ton client idéal.

    Franchement, c’est bien dommage que ça ne soit pas aussi simple, parce que créer du contenu c’est juste trop génial !

    Aujourd’hui, je voulais te partager des techniques insolites, celles qu’on ne pense jamais et qui pourtant sont une réelle mine d’or. Et oui, bonne nouvelle pour toi : tu n’es pas obligé de te creuser les méninges pour trouver une malheureuse idée en plusieurs heures… tu n’es pas non plus obligé.e de faire des sondages, des interviews auprès de ton audience pour dénicher leurs problèmes et donc de potentiels sujets pour ton contenu gratuit.

     

    — À écouter : 5 étapes pour construire ton calendrier éditorial efficacement —

    Des idées de contenu grâce aux actualités

    On va partir sur le principe de faire de la veille, autrement dit de se tenir informé sur ce qui se passe dans ton domaine. Avant de pouvoir trouver des idées de contenu, c’est hyper important pour que tu puisses rester à jour et continuer à partager des conseils que ton audience pourra appliquer.

    Si tu ne fais pas de veille, c’est un peu comme si tu proposais à tes clients des cassettes alors que ça fait bien longtemps que 90% de la population n’a plus de magnéto… Ou que tu leurs vendais des CD alors qu’ils sont tous abonnés à plusieurs plateformes de streaming ! Y a pas d’intérêt on est bien d’accord 😅

    Donc ta première mission si tu l’acceptes : faire de la veille et t’intéresser aux actualités dans ta thématique. Qu’est-ce qui fait le buzz en ce moment ? Même si ce n’est directement lié à ton domaine d’expertise, est-ce qu’il n’y a pas un moyen de faire le lien pour en parler ?

    Un bon exemple récent : beaucoup d’entrepreneurs du web ont profité de la Covid pour mettre en avant leur service, avec un discours en mode “On est coincé chez soi, c’est le moment de te former pour monter ton business en ligne”. Ou alors toutes ces entreprises (pas toujours très clean malheureusement) qui ont vu la Covid comme une opportunité pour se remplir les poches… Je pense notamment à toutes ces boutiques qui te proposent des masques en tissu, en soie, avec des motifs trop cool ou hyper ringard…

    Même si beaucoup ont profité de l’actualité dans un esprit un peu malsain ou malveillant, ça ne veut pas dire que toi tu vas en faire autant ! Avec tout ce qui se passe dans les actualités, il y a moyen que tu t’en serves pour ton business. Sans commencer à vendre un nouveau produit, mais simplement en faisant le lien entre tes services existants et ce qui se passe en ce moment.

    De cette manière, tu peux trouver plusieurs idées de contenu mais aussi prouver à ton audience pourquoi, à cause de ce qu’il se passe en ce moment, elle a besoin de faire appel à tes services.

    Pour résumer un petit peu, tu dois continuellement t’informer de ce qui se passe dans ton domaine mais aussi dans le monde, de faire de la veille en fait, pour pouvoir en tirer partie au maximum et booster ton business. Petit bonus, les gens se sentiront plus près de toi, parce que ce dont tu vas parler, et bien ils le vivent eux aussi ! En ce sentant concerné, tu augmentes tes chances pour que ton audience s’investisse beaucoup plus dans ton contenu gratuit, mais aussi ton contenu payant !

    S’aider des programmes audiovisuels : documentaires, films et séries

    Dans la même veine que les actualités, la deuxième technique consiste à repérer ce qui fonctionne en ce moment, ce qui fait le buzz au niveau audiovisuel. Donc les documentaires, les films, les séries etc. Bien souvent, la référence est notre meilleur ami (ou pire ennemi selon la situation) M. Netflix !

    Le but est de guetter les futures sorties, ou les programmes qui fonctionnent de malade et de les utiliser dans ta création de contenu.

    — À lire : Gagner du temps dans ta création de contenu —

    Par exemple, quand La Casa de Papel a fait fureur, on ne parlait que de ça. C’était alors le parfait moment pour en parler dans ton business. Évidemment, le sujet que traite la série est bien loin de ta thématique… Mais rien n’empêche de prendre le concept et de l’adapter. Et cette technique est valable pour toutes les séries, tous les films etc.

    Pour aller encore plus loin, tu peux tout simplement faire des clins d’oeil : en faisant des mêmes, en mettant en avant un personnage culte… Tu pourras par exemple faire un quizz “À quel personnage de la série Tatata ton business ressemble-t-il ?” et là en reprenant la personnalité du personnage tu fais le lien avec le business.

    Personnellement, j’ai toujours mon téléphone à portée de main quand je regarde mes émissions préférées : dès qu’une scène ou un personnage m’inspire quelque chose, je le note pour pouvoir le transformer en idée de contenu pour plus tard !

    Dernière technique pour trouver des idées de contenu : les sites d’achats…

    …mais surtout ceux qui vendent des livres !

    On ne se rend pas compte à quel point ce genre de site peut être un véritable coffre au trésor. Franchement, on pourrait y passer des heures et des heures tellement il y a de choses à regarder et à retenir !

    Je te conseille de surtout t’attarder sur deux choses :

    • les livres dans ta thématique – de quoi parlent-ils ? comment abordent-ils le sujet ?
    • les commentaires – qu’ont pensé ceux qui ont acheté les livres ? est-ce que ça a résolu leur problème ? si ce n’est pas le cas, comment toi, avec ton contenu tu pourrais le résoudre ?

    Regarder les commentaires et les avis sous chaque produit c’est un peu comme faire une étude de client idéal. Tu peux repérer quels sont les besoins et les problèmes des personnes, et à partir de ça identifier comment tu pourrais les aider.

    N’hésite pas aussi à noter le nom des auteurs pour rechercher tous les livres qu’ils ont publiés, et voir s’ils ont l’intention d’en publier de nouveaux. Si tu possèdes certains des livres, tu peux en profiter pour partager une citation avec laquelle tu pourrais apporter un conseil pour ton audience !

    Le mot de la fin

    Pour rappel, les trois techniques que l’on vient de voir sont :

    • de faire de la veille et rester informé sur ce qui se passe dans le monde ou dans ta thématique en ce moment ;
    • de t’inspirer des films et séries du moment, celles dont tout le monde parle absolument partout et qui font le buzz ;
    • des sites d’achats, et tout particulièrement les sites qui revendent des livres !

    J’espère que ça aura piqué ta curiosité, et que tu vas commencer à te construire une liste d’idées de folie !

    N’hésite pas à me dire en commentaire ce que tu en as pensé et si tu as testé au moins une de ces techniques, j’aimerai beaucoup avoir ton retour là-dessus !